Nous avons assisté à la conférence Agile France qui a eu lieu les 16 et 17 juin au Chalet de la Porte Jaune, à Paris.

La grande conférence agile francophone, de la communauté pour la communauté, réalisée dans un lieu exceptionnel proposait d'aborder différents sujets, tels que les méthodes agiles, l'intelligence collective et la facilitation, le développement de logiciels, l'expérience utilisateur d'innovation, les organisations et leur management, etc.

Dans un cadre très agréable permettant de s'échapper de l'ambiance urbaine, notre équipe a pu assister à quelques conférences qui ont attirées notre attention :

Facilitation graphique

Jean-Pierre Bonnafous, qui a participé aux 15 ans de Logilab, a invité les participants à réagir tout au long de ces deux jours et a mis en image leurs retours.

https://www.logilab.org/file/6729471/raw

Toutes les sessions d'Agile France étaient présentées sur une fresque. Nous, nous sommes fans !

https://www.logilab.org/file/6831358/raw

Utilisateur, fais moi mal : la ditacture du test

Emilie-Anne Gerch et Nicolas Moreau ont parlé de l'importance du test utilisateur d'une façon dynamique et ont partagé leur expérience concernant le site d'AXA Assurances avec une approche assez drôle : les designers viennent de Vénus et les développeurs de Mars, les utilisateurs sont, quant à eux, de bons Terriens. Comment ramener sur Terre un designer un peu trop perché ou sortir de sa grotte un développeur pour qui un texte blanc sur fond noir est la norme ?

Grande leçon pour les designers, les développeurs et les chefs de projet, car ceux qui apportent la bonne réponse ce sont les utilisateurs. Selon eux, c'est le jury le plus juste, car ce sont eux qui utilisent le produit final. Les utilisateurs finaux constituent le jury le plus sévère mais le plus juste qui soit. Ils ont des mots parfois crus et des doigts qui cliquent partout sauf là où on avait pensé. :-)

Les tests utilisateur permettent de tester un produit en conditions réelles. Grâce à ceux-ci, il est possible de recueillir des informations utiles pour améliorer le produit. Ils permettent de donner une priorité à différentes fonctionnalités ou idées. Ils permettent de reconnaître les fonctionnalités à conserver (les plus utilisées, les plus demandées...) et celles à supprimer (celles que personne ne voit ou n'utilise). Ils constituent aussi un moyen d'intégrer efficacement l'utilisateur dans la conception.

Quelques points permettant de mieux comprendre la psychologie de l'utilisateur :

L'être humain utilise rarement un outil pour sa fonction primaire. Il est partisan du moindre effort, il bricole et modifie les outils de manière à les adapter à son besoin.

L'utilisateur souhaite avant tout aller à l'essentiel.

Il ne veut pas avoir la sensation de devoir apprendre. Il ne lit pas les manuels, il pioche les informations dont il a besoin lorsque la nécessité se fait sentir.

Il est influencé par l'extérieur (le bruit, un interlocuteur), par son état émotionnel (le stress, la somnolence...) et par son vécu (il calque ses actions sur ce qu'il a déjà pratiqué ailleurs). Son expérience s'étend au delà du numérique.

Il est "techno-aveugle" : il veut avant tout que ça marche, la technique utilisée ne l'intéresse pas.

Il est bienveillant : il aura tendance à se blâmer au lieu de remettre en cause le produit et donne des retours d'expérience très facilement.

Présentation

Un iceberg pour explorer ce qui ne va pas

Certains d'entre-nous ont assisté à la conférence Un iceberg pour explorer ce qui ne va pas, animée par Emmanuel Gaillot et Raphaël Pierquin. La session portait sur la découverte de nos réactions face à un évènement donné.

Cette conférence a démarré par une démonstration pratique basée sur la métaphore de l'iceberg créée par Virginia Satir. Il arrive qu'on agisse et qu'on réagisse d'une manière qui nous surprend ou nous dépasse. Pendant cette session, nous avons exploré ces situations à l'aide d'un exercice inventé par Virginia Satir, basé sur la métaphore de l'iceberg (ce qui est émergé est observable, ce qui est immergé se passe au-dedans). Les participant·e·s ont pu ainsi s'approprier un format de réflexion simple à suivre pour apprendre à mieux se connaître — et possiblement apprendre à mieux s'apprécier.

Raphaël Pierquin a choisi un évènement qu'il a contextualisé en décrivant les comportements de chaque personne impliquée dans son récit, puis a présenté sa stratégie par rapport à cet évènement. Guidé par Emmanuel Gaillot, qui avait au préalable disposé des feuilles de papier au sol sur lesquelles étaient écrits les intitulés de chaque "case" de l'iceberg, il a ensuite déroulé devant l'assemblée toutes les étapes présentes sous le niveau de l'eau de l'iceberg. À chaque changement de "case" dans son récit, Raphaël se déplaçait vers la feuille idoine, établissant ainsi son propre cheminement physique et mental. Nous avons ensuite eu l'occasion de pratiquer par trinôme puis de discuter de cette méthode avec Emmanuel et Raphaël.

https://www.logilab.org/file/6832314/raw

DDD : et si on reprenait l'histoire par le bon bout ? Tout simplement.

La conférence sur le DDD (Domain Driven Design), par Thomas Pierrainet Jérémie Grodziski a été une synthèse intéressante sur une approche de conception et de développement permettant de se concentrer sur la valeur métier. Cette approche permet notamment de communiquer efficacement et de collaborer avec les experts métier (qui doivent être capables de lire et comprendre notre code !). Les conférenciers ont su extraire certains principes et patrons de conception du fameux "blue book" à l'origine de cette expression, et les rendre accessibles : les "values objects", la couche anti-corruption, l'architecture hexagonale, etc.

Forum Ouvert

À cette occasion plus d'une trentaine d'orateurs ont proposé un sujet qui leur tenait à coeur. Les personnes intéressées pouvaient débattre sur chaque sujet en groupes spontanés répartis dans tout l'espace de la conférence pendant 45 minutes.

Dans ce type d'activité, les groupes sont petits et donc la répartition du temps de parole est assez homogène.

Juliette de notre équipe a animé le forum "le bonheur au travail" avec une vingtaine de personnes, elle a pu recueillir beaucoup d'idées intéressantes.

Voici quelques idées qui se sont dégagées de la reflexion :

https://www.logilab.org/file/6831796/raw

Mindfulness & Agile

Dov Tsal Sela nous a présenté "Comprendre tes équipes, pour comprendre à toi-même". La pleine conscience est l'art de regarder le moment présent avec clarté. En nous conseillant de faire un voyage à travers le Taoïsme, les neurosciences et le royaume animal pour comprendre comment sont prises les décisions personnelles et en groupes (et qui les prend…)

Au cours de cet atelier, nous avons pu visionner des vidéos, et même méditer un peu.

Comment j'ai recruté mon pair ?

Juliette a assisté à une conférence animée par Houssam Fakih et Jonathan Salmona centrée sur le recrutement. Partant du principe que les profils trop semblables feront les mêmes erreurs et souhaitant recruter les bonnes personnes pour leur société, ils ont développé leur propre méthode d'évaluation. L'entretien est, pour eux, une des nombreuses vitrines de l'entreprise, aussi souhaitent-ils que cette expérience se déroule de la manière la plus professionnelle possible. Ils ont établi un modèle d'entretien, ce qui assure l'équitabilité des chances pour tous les candidats. Ils ont présenté leur grille d'évaluation, les différentes difficultés rencontrées, les pièges à éviter, les retours de leurs candidats, le suivi des nouvelles recrues ...

Mais aussi...

Laura a participé à une discussion intéressante sur le travail agile réparti sur plusieurs sites. De nombreux participants ont fait des retours sur leur expérience, qui parfois impliquait une équipe de développement répartie dans plusieurs pays. À la distance peuvent donc s'ajouter des difficultés liées aux différences culturelles. En laissant de côté ce dernier aspect qui nous concerne moins à Logilab, plusieurs éléments sont applicables sur nos développements répartis entre Paris et Toulouse :

Des obstacles à garder en tête :

Il est difficile de capter le ressenti à distance.

À distance, on ne bénéficie pas de l'"info café" : ces conversations informelles dans le couloir ou la salle café, qui souvent contiennent des informations utiles pour le projet en cours.

Certaines pratiques sont plus compliquées à distance : rétrospective, planning poker... Mais il existe des applications en ligne pour ça.

Il est important de :

Se rencontrer régulièrement, pour partager la même vision et souder les équipes.

En début de projet, se mettre d'accord sur un "contrat de développement", avec entre autres les bonnes pratiques et le processus de revue et d'intégration.

Que tout le monde ait accès à la même information : idéalement, le product owner devrait être sur un troisième site distant, pour ne "favoriser" personne. Si il n'y a pas de PO, faire en sorte que des développeurs de chaque site puissent assister régulièrement aux réunions client.

Et enfin, pourquoi pas...

Mettre des webcams en salle de pause.

Faire du pair-programming réparti.

blog entry of