https://www.logilab.org/file/5920040/raw/gite.jpeg

J'ai à mon tour eu l'opportunité de participer au raid agile #5 organisé par Pablo Pernot et Claude Aubry dans les Cévennes le mois dernier, et j'en suis revenue ravie. Ces quelques jours en immersion dans un cadre magnifique permettent de se déconnecter du quotidien pour se concentrer pleinement sur l'agilité, le tout dans une ambiance chaleureuse. La formation est dense, mais elle est orientée pratique, prévoit des pauses et fait la part belle aux échanges, conseils et retours d'expérience, ce qui fait qu'on ne voit pas le temps passer. J'y ai appris beaucoup de choses, principalement sur des outils de définition d'un produit que nous utilisons peu (pas assez ?) chez Logilab.

J'ai donc apprécié tout particulièrement les ateliers sur la définition des parties prenantes, des personas (et dans la même idée, je vais me renseigner sur l'empathy mapping). J'ai également pu découvrir l'impact mapping, le petit plus étant de le précéder d'une étude d'impacts rétro-futuriste, qui permet d'identifier les vrais besoins : on se projette dans un futur où le produit connaît un succès total, en se mettant dans la peau de la ou des persona(s) principale(s). On se "souvient" des raisons (orientées comportement) qui font qu'on ne pourrait plus se passer du produit: les impacts.

En mars 2015, Sylvain Thénault était revenu du raid agile avec ces réflexions. Un an après, je profite de l'occasion pour faire un point sur la façon dont nos pratiques ont évolué, et les choses sur lesquelles j'aimerais avancer suite à mon expérience du raid.

En un an, nous avons progressé sur pas mal d'aspects à Toulouse :

  • Nous travaillons plus en équipe, chaque individu étant maintenant apte à intervenir sur davantage de projets différents. C'est extrêmement positif, puisque cela permet mieux de gérer la charge, surtout dans un contexte où nous sommes peu nombreux et intervenons sur beaucoup de projets petits à moyens, avec des dates butoir parfois serrées et des congés à gérer. Une montée en compétence a été réalisée au passage, et j'ai l'impression que globalement l'esprit d'équipe et la communication en ont été renforcés.
  • Après pas mal de réflexion et d'évolutions, notre "kanban" est maintenant un peu plus stable (il ressemble à un kanban mais n'en est pas vraiment un, car pas de limites ni de flux tiré). Nous utilisons les colonnes classiques "backlog", "ready", "doing", "review", et une ligne par projet en cours. Sur chaque post-it contenant une tâche, on ajoute une pastille de couleur représentant la personne en charge de sa réalisation. Un coup d’œil rapide permet donc de visualiser les projets sur lesquels il y a trop de travail en attente, en cours ou à intégrer, ainsi que les sous-charges ou surcharges des membres de l'équipe.
  • Toujours dans la catégorie du management visuel: nous avons maintenant un tableau d'obstacles, ainsi qu'un "tableau des contraintes" (mis à jour une fois par semaine) permettant de résumer par projet les risques, dates butoir, charge restante, absence de membres de l'équipe de développement, etc. Ce tableau facilite l'affectation des membres de l'équipe sur les différents projets et le respect des délais.
  • Nous avons effectué deux delegation board à un an d'intervalle. Cela nous a permis d'identifier des éléments clé dans notre travail au quotidien, de clarifier les rôles les concernant et de soulever des problèmes liés. On a pu noter des améliorations lors de la seconde session, par rapport à la première (principalement au niveau organisationnel).
  • Nous essayons de faire une rétrospective tous les mois. Celles que nous avons faites nous ont permis d'améliorer nos pratiques (nous avons notamment progressé sur nos réunions debout, et sur des notions de qualité via la rédaction commune d'un working agreement)

En revanche, nous avons un nouveau fauteuil que personne n'utilise (peut-être ressemble-t-il trop à une chaise de bureau, me souffle-t-on dans l'oreillette) ! La question du rythme soutenable mentionnée par Sylvain ne semble pas être la préocupation principale, peut-être parce que malgré la charge fluctuante liée au contexte du travail dans une petite société de service, nous n'atteignons généralement pas un rythme insoutenable.

Au cours de l'année à venir, je pense que nous pourrions travailler entre autres sur les points suivants :

  • Continuer à avancer sur le travail en équipe sur les projets, qui mérite d'être encore amélioré.
  • Travailler sur les rétrospectives : faire tourner le facilitateur, essayer de précéder la rétrospective d'un exercice d'"échauffement" pour se mettre dans le bain. Je suis revenue du raid avec de nouvelles idées de format, à tester !
  • Un atelier réalisé au cours du raid consistait à classer une grande quantité de pratiques agiles dans différentes catégories: en cours d'acquisition, acquis, non acquis, non souhaité. Réaliser cet exercice avec l'ensemble de l'équipe amènerait sûrement des discussions intéressantes. Cela permettrait en outre de partager une vision commune, et de repérer les points à améliorer en priorité dans nos pratiques.
  • Si l'occasion se présente, j'aimerais que nous essayions la cotation de l'extrême, découverte au cours du raid, efficace pour estimer grossièrement un gros backlog en peu de temps.
  • Utiliser dès que possible une partie des outils de définition de produit vus au cours du raid
blog entry of