Suite de pyconfr 2014 jour 1 épisode 1.

Performance des frameworks web : Python vs the world

Ronan Amicel nous a présenté le travail de benchmark publié par TechEmpower. Ces tests et résultats sont forcement faux et biaisés, mais le code source des tests est publié en libre et il est donc possible d'apporter des corrections via le projet sur github

Pour l'instant, Python3 serait plus lent que Python2, mais on peut espérer que Python3 rattrape son retard, puisqu'il est toujours développé. La comparaison avec pypy est surprenante, celui-ci est bien plus lent, l'hypothèse étant qu'il est ralenti lorsqu'il parle au driver mysql. En revanche, pour le test pypy + tornado, les performances peuvent être meilleures que nodejs car tornado est écrit en pur python il peut être optimisé par pypy.

Dans le comparatif entre python et php, un acteur surprenant est phalcon qui a pris le parti de tout coder en C (plutôt qu'une partie seulement comme on peut le trouver dans nombre de projets python).

Support de présentation : https://speakerdeck.com/ronnix/performance-des-frameworks-web-python-vs-the-world-v1-dot-1

CubicWeb - Vos données ont du sens

Nous attendions avec impatience cette présentation, et Christophe de Vienne a très bien présenté CubicWeb, le framework web dont Logilab est à l'origine.

https://www.logilab.org/file/269991/raw/logo-cubicweb.png

Après une courte introduction aux concepts du web sémantique (les URIS, les relations, le Linked Data), il a appuyé sur la nécéssité de donner du sens aux données que l'on stoque dans nos applications. Il a expliqué la finesse des réglages dans le moteur de permissions de CubicWeb.

Il a expliqué certaines fonctionnalités intéressantes selon lui dans Cubicweb :

  • les hooks: équivalent des procédures stockées déclenchées par des triggers, ils sont écrits en Python et permettent de modifier des données en cascades, implémenter des règle de gestion ou générer des notifications.
  • les adaptateurs : permettent de maximiser la réutilisation de code en adaptant une entité à une nouvelle interface

Selon Christophe, CubicWeb permet de développer une "base de donnée métier" strictement structurée, mais restant souple. Il a expliqué que l'interface par défaut n'est pas très sexy, mais qu'elle est néanmoins fonctionnelle comme backend d'édition.

Une petite introduction aux cubes qui sont les "plugins" ou les "extensions" dans le monde CubicWeb, ils contiennent :

  • un schéma
  • du code métier
  • des vues
  • des contrôleurs

Pour manipuler les données, CubicWeb utilise RQL, qui a été inventé avant SPARQL (langage de requête du web sémantique) et est plus pragmatique et lisible. Une fonctionnalité notable de RQL : plus besoin d'écrire des jointures SQL !

Finalement Christophe a conclu en présentant le mariage de Pyramid et Cubicweb. Selon lui, en regardant dedans, ils ont des philosophies communes. Le code permettant de développer une application Pyramid sur une base CubicWeb est publié sur la forge de CubicWeb. Christophe a aussi expliqué qu'il pousse des modifications pour que CubicWeb soit plus accessible aux développeurs habitués aux modes de développement "à la python".

Support de présentation : https://dl.dropboxusercontent.com/u/36590471/pyconfr-2014-pres-cubicweb/index.html

La gestion de version, ce problème tellement simple…

Pierre-Yves David (marmoute) nous a concocté un petit panorama des problèmes traités par les gestionnaires de source, avec des anecdotes de problèmes non-triviaux et quelques rappels historiques sur notre "science" informatique (merci les encodages!) Pierre-Yves s'est concentré sur les systèmes de gestion de version de "nouvelle génération", les outils décentralisés (hg, git, bzr). Forcément, étant donné qu'il travaille sur mercurial (et oui, celui écrit en python) il s'est concentré sur celui-là.

http://mercurial.selenic.com/images/mercurial-logo.png

Quand il travaillait chez Logilab, Pierre-Yves a notamment rajouté à Mercurial la notion de changeset obsolete et de phase pour faciliter la revue de code et le travail en équipe.

Manipuler son code python avec RedBaron

baron et RedBaron sont des projets assez prometteurs (et assez dingues) de manipulation de code en utilisant du code (plutôt que des éditeurs).

Laurent Peuch est revenu sur les outils historiques du domaine : rope qui a pris la suite de bicycle repair man. Il y a aussi pyfmt par le même auteur, et autopep8 écrit par d'autres.

Un exemple qui m'a parlé : ajouter @profile sur toutes les fonctions d'un script devient faisable en 3 lignes de python, et inversement pour les enlever. À suivre...

Support de présentation : https://psycojoker.github.io/pyconfr-redbaron/presentation.html

Prochain épisode

Prochain épisode: jour 1, bus de communication, packaging et fin

blog entry of