Blog entries by Denis Laxalde [1]

La semaine dernière, plusieurs Logilabiens ont assisté à l'Agile Tour à Toulouse. Le thème de cette huitième édition était le bonheur au travail.

Le format de la première journée, qui a vu passer environ 300 personnes, alternait entre conférences "classiques" et ateliers participatifs tandis que la deuxième journée, plus intimiste, s'est (auto-)organisée en un forum ouvert où les participants choisissaient et animaient les ateliers qui leur plaisaient. Voir le programme ainsi que les feedbacks.

affiche attls 2015

J1: ateliers et conférences

En ouverture, la comédie humaine du travail de Danièle Linhart nous a plongé dans l'histoire de l'organisation du travail dans les entreprises et son évolution depuis les travaux de Taylor. Peu de rapport direct avec l'agilité, si ce n'est une question (qui est par ailleurs revenue lors des questions / réponses) : dans quelle mesure la mise en pratique de l'agilité dans les entreprises est-elle vraiment différente des différents avatars du taylorisme dont l'objectif reste de déposséder les travailleurs de leur savoir, c'est-à-dire de leur pouvoir ? La question reste ouverte...

Dans un registre plus technique, Baptiste Mathus nous a présenté sa forge logicielle aux petits oignons : un bon retour d'expérience qui nous rappelle que l'agilité du point de vue technique passe par la maîtrise des outils au quotidien. Quelques éléments intéressants aussi quant aux problématiques de conduite du changement vis-à-vis des principes du lean sofware development (de l'intérêt des radiateurs d'information par exemple) ou encore de l'utilité du shadow IT.

La conférence d'Olivier Azeau nous a rappelé (trop rapidement) les principes du #NoEstimates. Thème repris par l'atelier sur l'art d'avoir tort animé Christophe Heral dans l'après-midi.

La plénière d'ouverture de l'après-midi était assurée par Luc Pouliquen d'Airbus : longue dissertation sur l'impact supposé de l'application des principes de l'Agile Manifesto sur un projet fictif dans une entreprise comme Airbus. Les présentations qui ont suivies étaient sympathiques, de part le témoignage qu'elles apportaient ou par la performance de l'orateur, mais il faut bien avouer qu'on n'a pas appris grand chose.

Enfin l'atelier "mettons en mouvement la solution" de Frédéric Duffau était particulièrement intéressant. Celui-ci propose un format de rétrospective basée sur la définition d'un idéal plutôt que sur un mode "cahier de doléances", l'idée étant in fine d'investir chacun dans les actions à prendre.

J2: open-space

image

Le forum ouvert en deuxième journée était bien agréable, peut être plus instructif que la première journée finalement. Quelques ateliers auxquels nous avons participé :

  • la business value : inutilisée en pratique, mais qui peut servir à rappeler l'importance de la valeur du risque (ou d'apprentissage) lors de choix stratégiques ;
  • l'agilité dans les réponses à appels d'offres (surtout lorsqu'ils ne sont pas étiquetés agile) : de l'importance de choisir une méthode éprouvée telle que SCRUM, de former les parties-prenantes à l'agilité et de véhiculer un climat de transparence dans les processus.
  • le recrutement agile : discussions fructueuses autour des idées de questionnaire (graphique) centres d'intérêt / compétences, de suivi de recrutement via des rapports d'étonnement.
  • autour du développeur Heisenberg, celui que l'on ne peut pas observer sans altérer son comportement, nous avons discuté des relations hiérarchiques ou encore des métriques de qualité qui, lorsqu'elles sont imposées par les équipes qualité sont souvent absconses voire contre-productives ; la voie est sans doute dans le bon usage des working agreements.
  • la rétrospective dans la durée, ou quoi faire varier pour ne pas s'essoufler en dehors des formats (en étoile, speed-boat, las vegas, mise en avant de la solution évoqué plus haut, à base de dixit...). Quelques pistes : le lieu, l'animateur, le sujet...
  • pitch elevator agile : l'agilité c'est quoi ? pour qui ? pour quoi ? comment ça se compare ? quels sont ses avantages et sa valeur ? Nous avons chacun tenté l'exercice du pitch avec plus ou moins de succès, mais force est de constater que cela s'améliorait au fur et à mesure. On retient de l'exercice qu'il faut faire attention à se décentrer pour s'axer sur son interlocuteur plus que sur sa propre vision.
  • comment interpréter les résultats de niko niko : ben on sait pas trop ! Intéressant pour avoir une tendance globale dans la durée, et éventuellement détecter un problème. Cela fournit notamment des données à reprendre en rétrospective. Quoiqu'il en soit, attention à bien expliquer le but avant de mettre ça en place.
  • l'agilité sur des équipes distribuées, ou comment les projets Open-Source d'envergure restent la source d'inspiration de référence, avec une ou deux semaines de "team building" par an pour consolider les liens et créer une vision d'ensemble.

Conclusion

À la vue de tout ça, on se rend compte que nos pratiques, tant en terme d'agilité que d'entreprise libérée, sont plutôt assez développées. Et ça c'est toujours agréable. Comme disait l'autre, « Quand je m’observe, je m’inquiète. Quand je me compare, je me rassure » !

Évidemment cela reste loin de la perfection, et voici quelques points qu'on aimerait (peut-être) faire à la sortie de cet ATTLS:

Bref, nous avons passé un moment sans révolution mais enrichissant et qui donne des idées pour les prochains incréments. Agile quoi !

Donc merci à toute l'équipe d'Agile Toulouse pour l'organisation !

blog entry of