Blog entries

Rencontre Open Data à Nantes: Enjeux et opportunités pour le secteur culturel

2011/11/17 by Arthur Lutz

Nous étions présents à l'évenement organisé par Stereolux et Libertic consacré à l'OpenData dans le domaine de la culture à Nantes. Voici un court compte rendu des points que nous avons retenus de ces présentations.

Présentation générale de l'OpenData par Libertic

Il existe sur la toile assez d'articles sur l'Opendata pour qu'il ne nous semble pas nécessaire d'en donner une description, mais nous tenons à souligner que l'OpenData n'est pas simplement une mise à disposition des informations. Pour que des données puissent être qualifiées d'ouvertes, il faut qu'elles respectent une dizaine de principes parmi lesquels l'accessiblité, l'exploitabilité (données brutes), et la la réutilisablitié (licence).

https://libertic.files.wordpress.com/2010/02/logo-libertic.png?w=300&h=180

Claire Gallon a cité plusieurs exemples d'OpenData dans le domaine culturel :

  • la mise à disposition de données sur la fréquentation d'un musée permet de développer un service qui donnera la meilleure heure pour visiter ce musée. Voir When Should I visit Tate Modern
  • Marseille-Provence 2013 (capitale culturelle européenne) ouvre ses données et attend que les acteurs écrivent des applications (mobiles notamment).

Un idée importante est que le service public doit s'adresser au plus grand nombre et ne peut pas consacrer ses ressources à la mise en place de services de niche. La mise à disposition des données permet à des tiers d'occuper ces niches.

En conclusion, Claire Gallon insiste sur la nécessité d'inclure la gestion de la communauté dans les démarches d'ouverture des données. La prochaine priorité des acteurs de l'OpenData sera la coproduction, à la fois pour l'écriture des applications et pour l'amélioration des données.

Présentation du projet data.bnf.fr par Romain Wenz

http://data.bnf.fr/data/logo-bnf.gifhttp://data.bnf.fr/data/logo-data.gif

Romain Wenz de la Bibliothèque nationale de France a présenté http://data.bnf.fr sous l'angle de l'ouverture : l'ouverture à un public différent, l'ouverture à un mode de recherche différent (on cherche sur internet avant d'aller en bibliothèque) et l'ouverture sur les reseaux sociaux où le public partage des références à des contenus qu'il apprécie (twitter, facebook, etc.). Cette ouverture passe forcément par un web indexable, où l'on peut communiquer facilement une URL d'un contenu (exit les portails de recherche avec des sessions et variable http). Si un site n'est pas indexable, son contenu pourra être trouvé en s'y connectant directement, mais celui-ci restera dans le web "invisible" ou "profond".

Romain Wenz a insisté sur l'Importance des technologies utilisées : d'un coté les strandards ouverts et formalisés par le W3C, notamment en terme de web sémantique (RDF, RDFa, opengraph, schema.org, etc.) et de l'autre l'utilité de s'appuyer sur du logiciel libre. Dans le cas de http://data.bnf.fr il s'agit de CubicWeb.

Présentation des collaborations entre Wikimedia France et des institutions publiques à Toulouse

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/41/Commons-logo-en.svg/75px-Commons-logo-en.svg.png

La transition entre la BnF et Wikimedia est facile : Wikisource (bibliothèque de livres libres de droits) a signé un partenariat avec Gallica qui lui a fourni des numérisations de livres tombés dans le domaine public.

Wikimedia France a présenté deux projets réussis en coproduction avec des institutions Toulousaines :

  • le projet Phoebus a donné accès aux archives du Muséum de Toulouse à des bénévoles
  • la communauté Wikimedia Commons a participé à l'enrichissement des metadonnées du fond consacré au photographe Eugène Trutat.

Présentation OpenData par la mairie de Nantes Métropole

http://nantes.fr/webdav/site/nantesfr/shared/fileadmin/images/Puces/autrespuces/logo64_queue.png

Frédéric Vasse a briévement présenté la démarche de la Ville de Nantes en matière d'OpenData. Le lancement de la plateforme aura lieu lundi prochain à la Cantine Numérique de Nantes. Selon lui, l'objectif de Nantes est de réussir la coproduction avec les acteurs du territoire.

Conclusion et ouverture sur un projet concret d'OpenData pour les acteurs culturels

Libertic a conclu en proposant aux acteurs culturels un projet d'aggrégateur d'informations sur les événements culturels à Nantes. Nous espérons pouvoir vous donner prochainement plus d'informations sur ce projet.

Autre compte rendu (prises de notes) : http://www.scribd.com/doc/72810587/Opendata-Culture


InfoLab Rennes - 17 décembre

2013/12/18 by Arthur Lutz

InfoLab Rennes - 17 décembre

Le mardi 17 décembre, nous avons participé à la 4ème rencontre du groupe national infolab à Rennes. Voici quelques notes et reflexions prises à cette occasion. La journée a été dense, donc vous ne trouverez que des bribes des sujets dans ce compte rendu.

http://www.fing.org/local/cache-vignettes/L680xH165/_info_lab_V3_logo_petit-d6f63.jpg

Présentation générale le matin

Une présentation générale de la mission "infolab" menée par le Fing a permis d'initier la réflexion et la discussion sur ce qu'est un infolab. Sarah Labelle (Université Paris XIII), Amandine Brugières (Poitiers), Claire Gallon (Nantes, Libertic), Simon Chignard (Rennes), Charles Nepote (Marseille), et Thierry Marcou (Paris) se sont succédé pour expliquer les réflexions et outils en cours d'élaboration. Nous avons noté :

  • une liste de 150 outils répertoriés pour aider à manipuler les données,
  • un prototype de méthodologie,
  • des documents récapitulatifs sur les différents métiers autour de la donnée.

L'assemblée se pose la question de comment rendre accessible les technologies, les données, les outils. Il nous semble qe cette démarche n'est possible qu'en ayant des mécanismes transparents, reproductibles et collaboratifs. Nous y voyons donc les principes de "logiciel libre", des "standards" et des "outils collaboratifs". Comment rendre le traitement de la donnée reproductible et transparent ?

À Logilab, nous avons adoptés les outils suivants pour traiter la données :

  • CubicWeb (en python) avec un certain nombre de cubes (modules type plugins)
  • les standards du web sémantique pour faire de la publication et de l'échange de données (publication de dumps, negociation de contenu et sparql endpoints),
  • les outils de versionning et de collaboration (en logiciel libre) : mercurial qui permettent une co-construction décentralisée sur du code source, mais aussi sur certaines données (voir par exemple les jeux de données publié sur github).

Au sujet de l'annuaire des outils : comporte-t-il une évaluation de l'accessibilité ? D'un outil WYSIWYG à un outil de programmation... quelle grille de notation ? Faut-il faire son propre graphisme ou est-ce "configurable" sans compétence... Grille d'évaluation aussi sur l'autonomie de l'outil ? Par exemple utiliser Google Drive pose des questions des droits sur les données (exemple récent sur la propriété des données lorsqu'elles sont affichées sur une carte google à travers l'API). Dans le domaine du logiciel libre, avec lequel nous pouvons établir un bon nombre de parallèles, il existe des méthodes formelles d'évaluation.

D'autres questions ont été abordées :

  • stockage et pérennité des démarches et des données : dans l'industrie logicielle une formalisation pertinente en rapport avec cette question est le semantic versionning qui permet d'établir une traçabilité. Sur l'archivage, de nombreuses solutions sont envisageables mais pas forcément formalisées (stockage P2P, hébergement mutualisé, etc).
  • le contrôle d'accès : qui accède comment, comment partage-t-on de manière sécurisée ? Ceci nous fait penser aux études menées par le MIT sur leur projet OpenPDS.
  • comment rendre le crowdsourcing efficace ? Des outils comme CrowdCarfting (PyBossa en Python) permettraient de "simplement" définir une application de crowdsourcing (eg. cartographie, annotation d'image, classement d'image, OCR collaboratif, etc.) mais comment faire le lien avec les données "officielles" ?

Atelier l'après-midi

Suite à une visite du labfab de Rennes, nous avons participé aux ateliers, étant deux personnes de chez Logilab, nous avons pu participer à trois ateliers :

  • travail sur la charte des infolabs,
  • datavisualisation et réflexions autour des données,
  • comment mener une campagne de crowdsourcing et sur quels types de données.

Dans l'atelier sur le crowdsourcing, nous avons parlé rapidement de CKAN et http://datahub.io/ qui sont des moteurs de recherche sur les jeux de données ouverts.

La suite

Nous avons participé à DataPride (à Nantes) et comptons participer dans le futur à DataLab (à Nantes) et DataShacker (à Paris), s'agit-il d'initiatives "compatibles" avec les principes des infolabs ? Sont-ce des infolabs ? La suite de l'initiative nous le dira sûrement.

Les prochaines rencontres Infolab auront probablement lieu à Bordeaux en janvier et à Paris lors de Futur en Seine (du 12 au 15 juin : au CNAM, à la Gaité Lyrique, au Square Emile Chautemps).


Mini compte rendu Meetup Debian à Nantes

2014/03/13 by Arthur Lutz

Hier soir, je suis allé au premier meetup Debian à Nantes. C'était bien sympatique, une vingtaine de personnes ont répondu présent à l'appel de Damien Raude-Morvan et Thomas Vincent. Merci à eux d'avoir lancé l'initiative (le pad d'organisation).

//www.logilab.org/file/228927/raw/debian-france.jpg

Après un tour de table des participants, et de quelques discussions sur debian en général (et une explication par Damien de l'état de Java dans Debian), Damien a présenté l'association Debian France ainsi que le concours du nouveau contributeur Debian. La liste d'idées est longue et sympatique n'hésitez pas à aller jeter un oeil et faire une contribution.

Ensuite Thomas nous a présenté l'équipe de traduction francaise de debian et ses principles de fonctionnement (qualité avant quantité, listes de discussion, IRC, processus de traduction, etc.).

//www.logilab.org/file/228931/raw/saltstack_logo.jpg

Finalement, j'ai rapidement présenté Salt et sa place dans Debian. Pour l'archive publique : les diapos de la présentation.

À la prochaine !

Pour faire un commentaire, il faut s'authentifier ou s'enregistrer.