Suite de la première journée.

Le lendemain, j'ai pu assister à La typographie comme outil de design (par David Rault) qui me semble être une sensibilisation indispensable à tout développeur web. Une introduction efficace et complète sur les familles de polices (classification VOX-ATypI) et les types d'effets produits sur le lecteur. Il faut voir la typographie comme l'équivalent de l'intonation à l'oral. La police apporte un autre contexte à la compréhension du texte. Pour finir, David Rault a parcouru les "web fonts" les plus connues tout en prenant soin de donner son avis d'expert ainsi que des détails historiques croustillants.

Les organisateurs de Paris Web avaient ensuite judicieusement programmé La macrotypographie de la page Web (par Anne-Sophie Fradier). Après quelques explications historiques sur l'importance du support sur le format, plusieurs techniques de bases ont été présentées, comme par exemple l'usage des grilles pour la construction des pages. Celles-ci fixent un cadre à la créativité et permettent de respecter plus facilement des pauses visuelles pour retrouver un confort de lecture indispensable. L'interlignage doit être important (140% du corps), le fer à gauche et le drapeau à droite et un corps de texte suffisamment gros pour éviter des changements de taille de police intempestifs (qui risquent de "casser" la mise en page).

Un des sujets intéressants mais souvent méconnu est le respect de la ligne de base dans la construction du flux vertical du texte dans un document. C'est justement sur ce principe et en se basant sur cet article que plusieurs personnes à Logilab ont commencé à implanter des "règles de rythmes" dans le framework CubicWeb lors d'un sprint en mai dernier. Dernier conseil à retenir d'une typographe, il faut donc toujours essayer de "retomber sur ses pattes" :-)

Une question pertinente fut posée à la fin de la présentation sur la mode des "design fluides"; c'est-à-dire des mises en page calculées tout en proportion plutôt que fixées en pixels. La réponse donnée ne peut être absolue car ceci dépend essentiellement de la créativité et de l'originalité de l'auteur du site ; même si Anne-Sophie Fradier préconise quand même de garder le contrôle sur la largeur (la hauteur étant souvent imposée par le navigateur).

Conclusion

L'usage de WOFF, les nouveautés apportées par CSS3 et les effets rendus possibles par javascript vont permettre de créer un nouvel univers au texte et à sa mise en forme. Nous pouvons espérer que le confort de lecture et la lisibilité des textes vont devenir de véritables critères de qualité. Il me paraît aujourd'hui évident à l'issu de ces présentations que la typographie va petit à petit s'imposer comme une nouvelle compétence du web designer de demain.

blog entry of

Logilab.org - en VF