Ce 4ème rendez-vous s'est déroulé à Paris le 24 juin 2013.

http://www.logilab.org/file/149646/raw/openstack-cloud-software-vertical-small.png

Retours sur l'utilisation d'OpenStack en production par eNovance

Monitoring

Parmi les outils utiles pour surveiller des installation OpenStack on peut citer OpenNMS (traps SNMP...). Cependant, beaucoup d'outils posent des problèmes, notamment dans le cadre de l’arrêt ou de la destruction de machines virtuelles (messages d'erreur non souhaités). Il ne faut pas hésiter à aller directement se renseigner dans la base SQL, c'est souvent le seul moyen d'accéder à certaines infos. C'est aussi un bon moyen pour exécuter correctement certaines opérations qui ne se sont pas déroulées convenablement dans l'interface. L'utilisation possible de SuperNova est recommandée si on utilise plusieurs instances de Nova (multi-environnement).

Problèmes durant les migrations

Citation : "plus on avance en version, mieux la procédure se déroule".

La pire migration a été celle de Diablo vers Essex (problèmes d'IPs fixes qui passent en dynamique, problèmes de droits). Même si tout semble bien se passer sur le moment, faire un redémarrage des nœuds hardware / nœud(s) de contrôle est recommandé pour vérifier que tout fonctionne correctement après le redémarrage.

Si on veut supprimer un nœud qui fait tourner des machines, une commande existe pour ne pas recevoir de nouvelles machines (en cas de panne matérielle par exemple).

Afin d'avoir de la redondance, ne pas utiliser les nœuds hébergeant les machines à plus de 60% permet d'avoir de la place pour héberger des machines déplacées en cas de panne / disparition d'un des nœuds nova-compute.

Au niveau migration, ce qui est bien documenté pour KVM est la migration avec du stockage partagé ou 'live storage' (le système de fichier contenant le disque de la machine est disponible sur la source de la machine et sur la destination). Il existe un second mode, avec migration par 'block' qui permet de migrer des disques s'ils ne sont pas sur un système de fichier partagé. Ce second mécanisme a été présent, puis rendu obsolète, mais une nouvelle version semble aujourd'hui fonctionnelle.

À propos de la fonction terminate

La fonction terminate détruit définitivement une machine virtuelle, sans possibilité de retour en arrière. Il n'est pas évident pour une personne qui commence sur OpenStack de le comprendre : elle voit souvent ce bouton comme "juste" éteindre la machine. Pour éviter les gros problèmes (tuer une machine client par erreur et sans retour en arrière possible), il existe 2 solutions :

Pour les admins il existe un paramètre dans la configuration d'une instance :

UPDATE SED disable_terminate '1'

Pour les autres (non-admins), on peut utiliser une fonction de verrouillage (nova lock) d'une machine afin d'éviter le problème. (Les deux utilisent le même mécanisme).

Token

Les tokens servent à authentifier / autoriser une transaction sur les différentes versions d'OpenStack. Il est important que la base qui les stocke soit indexée pour améliorer les performances. Cette base grossit très vite, notamment avec grizzly où les tokens reposent sur un système PKI. Il est utile de faire une sauvegarde régulière de cette base avant de la flusher (pour permettre à un client de récupérer un ancien token notamment).

Espace de stockage

Ce n'est pas conforme aux bonnes pratiques, mais avoir juste un /var énorme pour le stockage fonctionne bien, notamment quand on a besoin de stocker des snapshots de machines Windows ou de grosses machines.

Ceph

https://www.logilab.org/file/149647/raw/logo.png

Spécial citation: "c'est du libre, du vrai".

Ceph est un projet permettant d'avoir un stockage redondant sur plusieurs machines, et offrant trois opérations principales : get, put, delete. Le système repose sur l'utilisation par le client d'une carte, fournie par les serveurs ceph, qui lui permet de trouver et de récupérer facilement un objet stocké.

Le pilote de stockage virtualisé est parfaitement fonctionnel et tourne déjà en production. Ce pilote permet d'utiliser Ceph comme périphérique de stockage pour des machines virtuelles. Il existe un remplacement (Rados Gateway Daemon) qui implémente l'interface swift pour OpenStack et permet d'utiliser Ceph en backend. Ce pilote est qualifié de stable.

Le pilote noyau (librbd) permettant de voir du stockage Ceph comme des disques est encore en développement, mais devrait fonctionner à peu près correctement si le noyau est >= 3.8 (3.10 conseillé).

Performances

En écriture, une division par deux des performances est à prévoir par rapport à une utilisation directe des disques (il faut que les N copies ait été stockées avant de valider la transaction). En lecture, Ceph est plus rapide vu l'agrégation possible des ressources de stockage.

Traduction de Openstack

La communauté cherche des gens motivés pour traduire le texte des différents outils Openstack.

Neutron (anciennement Quantum)

Pas mal de travail en cours, la version Havana devrait avoir la capacité de passer mieux à l'échelle et permettre la haute disponibilité (ça fonctionne toujours même quand une des machines qui hébergent le service plante) pour tout ce qui est DHCP / L3.

Sur l'organisation d'une communauté OpenStack en France

Différents acteurs cherchent actuellement à se regrouper, mais rien n'est encore décidé.

blog entry of

Logilab.org - en VF